Les puces et les tiques

Les Puces

Les puces forment l'ordre des siphonaptères (Siphonaptera, du latin sipho « tube »), anciennement dénommés aphaniptères (Aphaniptera). Ce sont des insectes ptérygotes holométaboles, caractérisés entre autres par leurs pièces buccales conformées en un appareil piqueur-suceur. Elles sont ectoparasites : les puces actuelles infestent les mammifères (dont l'homme) et quelques oiseaux, et vivent du sang de leurs porteurs. Comme elles passent facilement d'un animal à l'autre, elles peuvent véhiculer diverses maladies animales, humaines ou zoonotiques1,2. Elles sont aussi une source possible d'allergies3

Près de 2 500 espèces ont été décrites à ce jour, réparties en 239 genres et 15 à 16 familles selon les auteurs, et 5 super familles.

En Europe, les animaux domestiques et de compagnie (chienschats et plus rarement ratsouris blanchefuretnouveaux animaux de compagnie, etc.) peuvent être porteurs de plusieurs espèces de puces : Ctenocephalides felisCtenocephalides canisPulex irritansArcheopsylla erinace, etc. La plupart du temps, sur les carnivores domestiques, c’est de la « puce du chat » (Ctenocephalides felis, et en France la sous-espèce Ctenocephalides felis felis) qu'il s'agit (plus de 90 % des cas). Cette espèce est en réalité très ubiquiste et peut se nourrir sur le chat, où elle a d'abord été trouvée, comme sur tous les mammifères européens (carnivores, lapinlièvreruminants ou humains). On peut aussi trouver dans les logements et lieux publics des puces de rongeurs, de petits carnivores ou insectivores sauvages, ou d’oiseaux.

Les puces

Le terme punaise regroupe environ 90 espèces de punaises hématophages. Parmi ces punaises, la punaise de lits (Cimex lectularius) est l’une des rares punaises à parasiter l’homme car elle demeure la seule qui s’adapte le mieux à son environnement.
Elle mesure en moyenne 5 à 6 mm et peut avoir une longévité de 2,5 mois à 1,5 an.
Elle aime se cacher dans les coutures des matelas, les joints, les ourlets et les boutons de matelas pendant la journée.
On la retrouve à proximité du lit : les lattes du sommier, les plinthes, les lambris, des revêtements sol et mur, du mobilier, boîtiers et prises électriques.

Active principalement la nuit, elle se nourrit de sang humain.
Le jour, elle se cache dans les fentes des planchers, dans les recoins des habitations et dans les lits.

Pouvoir pathogène des puces

Les puces et les tiques sont ectoparasites car  infestent les mammifères (dont l'homme) et vivent du sang de leurs porteurs. [][] []Leurs piqûres peuvent provoquer de fortes démangeaisons chez l'animal comme chez l'homme ; des réactions allergiques et transmettre des maladies ou des parasites.

La puce est l’ectoparasite infestant le plus fréquemment les carnivores, dans tous les milieux (forestier, rural, urbain).
Dans le milieu naturel et en zone chaude, on en observe toute l'année. En zone tempérée et froide, ses infestations sont plus importantes du printemps à l’automne. En dessous de 0 °C, la plupart des puces et larves meurent, mais les oiseaux migrateurs en rapportent du sud, et un certain nombre survivent dans les terriers, près des hibernants notamment, ou dans les maisons.

Les puces sont souvent bien tolérées par exemple par le chat ou le rat, bien que des pulicoses allergiques puissent apparaître avec un prurit important, dégénérant éventuellement en dermite allergique avec lésions cutanées importantes. Les puces transmettent de nombreuses maladies vectorielles dont des zoonoses (notamment la peste).

Chez l'homme, les piqûres causent très souvent des prurits désagréables, qu'il faut traiter pour éviter des infections. Les puces peuvent transmettre à l'homme des virus qui vont causer des fièvres et une anémie. Le traitement se résume à du repos et à une alimentation équilibrée (apport de vitamines nécessaire, eau en abondance). Les antibiotiques sont inutiles.

Les Tungidae (Pulicoidea) ou « puces chiques » sont des parasites permanents à l’état adulte : les femelles s’enfoncent dans la peau, généralement des pieds, se gorgent de sang, développent une volumineuse ponte qui se répand à la mort de la femelle.

Les puces transmettent la peste d’un rongeur à l’autre (cycle sauvage) et le bacille pesteux (Yersinia pestis) passe accidentellement à l’homme, provoquant - avant l'utilisation des antibiotiques - des épidémies catastrophiques. Les principales espèces impliquées dans la transmission de la peste sont : Xenopsylla cheopisXenopsylla brasiliensisNosopsyllus faciatus et en Asie Xenopsylla astia ; le rôle de Pulex irritans restant controversé.

La puce du lapin (Spillopsyllus cuniculi) véhicule et transmet occasionnellement Francisella tularensis (agent de la tularémie) mais aussi le virus responsable de la myxomatose.

Les puces de carnivores véhiculent et peuvent transmettre des filaires sous-cutanées ou péritonéales (ex : Dipetalonema reconditum) et surtout la bactérie Bartonella henselae qui cause la « maladie des griffes du chat ».

N’hésitez donc pas à contacter l’agence T3D la plus proche de chez vous, ou que vous soyez au Gabon.

Nous serons en mesure de vous fournir un devis personnalisé afin d’établir tous vos besoins.

Nous adapterons nos services en fonction de vos attentes et des spécificités de votre situation.

Besoin de conseils anti nuisibles ?